Michèle MORGAN
Charlie CHAPLIN : Deuxième partie







CONTRIBUEZ EN OFFRANT  UN DON

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE

T.V.

NOUS ECRIRE

FACEBOOK

HUMANIS NEWS

MICHELE MORGAN

NE LE 16 AVRIL 1889

DECES : 25 DEC. 1977

82 FILMS

CHARLIE CHAPLIN

DEUXIEME PARTIE

La jeunesse de Charlie CHAPLIN

Première prestation

Chaplin commença très tôt à se produire sur scène. Il réalisa sa première apparition à cinq ans en remplaçant Hannah lors d'un spectacle à Aldershotn. Cela fut une exception mais sa mère l'encouragea dans cette voie et il rapporta par la suite qu’ « elle [l]'imprégna du sentiment [qu'il] avait une sorte de talent ». Grâce aux relations de son père, il devint membre de la troupe de danseurs Eight Lancashire Lads et se produisit dans les music-halls britanniques en 1899 et 1900. Chaplin travaillait dur et la troupe était populaire mais il ne se satisfaisait pas de la danse et voulait se tourner vers la comédie.


Alors que Chaplin était en tournée avec les Eight Lancashire Lads, sa mère s'assura qu'il continuait à aller à l'école mais il abandonna vers treize ans. Après une période de petits boulots, il s'inscrivit dans une agence artistique du West End de Londres à quatorze ans peu après la rechute de sa mère. Le responsable de l'agence discerna un potentiel chez Chaplin et lui offrit rapidement son premier rôle en tant que vendeur de journaux dans la pièce Jim, a Romance of Cockayne de Harry A. Saintsbury. La première eut lieu en juillet 1903 mais le spectacle ne rencontra pas le succès et les représentations s'arrêtèrent au bout de deux semaines ; la performance comique de Chaplin fut néanmoins remarquée par les critiques. Saintsbury lui obtint le rôle du groom Billy dans la pièce Sherlock Holmes de Charles Frohman. Son jeu fut si bien reçu qu'il fut appelé à Londres pour se produire aux côtés de William Gillette qui avait co-écrit la pièce avec Arthur Conan Doyle. Il réalisa sa dernière tournée de Sherlock Holmes au début de l'année 1906 après y avoir joué pendant plus de deux ans et demi.

Charles Spencer Chaplin est né le 16 avril 1889 ; il était le deuxième enfant d'Hannah Chaplin née Hill (1865-1928) et de Charles Chaplin Sr. (1863-1901). Il n'existe aucun document officiel sur sa naissance, mais Chaplin considérait qu'il était né dans une maison d'East Street dans le quartier de Walworth du sud de Londres. Ses parents s'étaient mariés quatre ans plus tôt, après que Charles Sr. Eût reconnu Sydney John, un fils issu d'une précédente relation d'Hannah avec un homme inconnu. Au moment de sa naissance, les parents de Chaplin étaient tous deux des artistes de music-hall. Sa mère, la fille d'un cordonnier, menait une carrière sans grand succès sous le nom de scène de Lily Harley tandis que son père, le fils d'un boucher était un chanteur populaire. Ils se séparèrent vers 1891 et l'année suivante, Hannah donna naissance à son troisième fils, Wheeler Dryden, issu d'une relation avec le chanteur de music-hall Leo Dryden ; l'enfant fut emmené par son père à l'âge de six mois et resta éloigné de Chaplin pendant trente ans.


L'enfance de Chaplin fut marquée par la misère et les privations ce qui poussa son biographe officiel David Robinson à écrire que son parcours ultérieur fut « le plus spectaculaire de tous les récits jamais racontés sur l'ascension des haillons aux richesses ». Il passa ses premières années avec sa mère et son frère Sydney dans le borough londonien de Kennington ; hormis quelques travaux de couture ou de nourrice, Hannah n'avait aucun revenu et Charles Sr. n'apporta aucun soutien à ses enfants. Alors que la situation financière du foyer se détériorait, Chaplin fut envoyé dans une workhouse à l'âge de sept ans. Il indiqua par la suite qu'il y connut une « triste existence » et fut brièvement rendu à sa mère 18 mois plus tard ; Hannah fut rapidement contrainte de se séparer à nouveau de ses enfants qui furent envoyés dans une autre institution pour enfants indigents.


En septembre 1898, la mère de Chaplin fut admise à l'asile psychiatrique de Cane Hill après avoir développé une psychose apparemment provoquée par la malnutrition et la syphilis. Durant les deux mois de son hospitalisation, Chaplin et son frère furent envoyés vivre avec leur père qu'ils connaissaient à peine. Charles Sr. avait alors sombré dans l'alcoolisme et sa conduite entraîna la visite d'une organisation de protection de l'enfance. Il mourut deux ans plus tard à l'âge de 38 ans d'une cirrhose.


L'état de santé d'Hannah s'améliora mais elle fit une rechute en mai 1903. Chaplin, alors âgé de 14 ans, l'emmena au dispensaire, d'où elle fut renvoyée à Cane Hill. Il vécut seul pendant plusieurs jours et dormit dans la rue en attendant le retour de son frère qui s'était engagé dans la Marine deux ans plus tôt. Hannah quitta l'asile au bout de huit mois mais elle rechuta de manière permanente en mars 1905. Chaplin écrivit plus tard que « nous ne pouvions rien faire d'autre qu'accepter le triste destin de notre mère ». En 1921, Charlie et son frère Sydney obtiennent qu'elle vienne les rejoindre à Hollywood. Charlie lui a acheté une maison en bord de mer, et Hannah y vivra ses sept dernières années, soignée à domicile. C'est là qu'elle pourra revoir son troisième fils, Wheeler Dryden, dont elle avait été séparée depuis trente ans, peu après sa naissance. Elle meurt le 28 août 1928.

Essanay

L'Essanay Film Manufacturing Company proposa à Chaplin un salaire hebdomadaire de 1 250 $ (environ 56 500 $ de 2012) avec une prime d'embauche de 10 000 $. Il intégra le studio à la fin du mois de décembre 1914 et rejoignit d'autres acteurs comme Leo White, Bud Jamison, Paddy McGuire et Billy Armstrong. Alors qu'il était à la recherche d'un second rôle féminin pour son deuxième film, Charlot fait la noce, il repéra une secrétaire appelée Edna Purviance dans un café à San Francisco. Il l'embaucha et elle tourna avec lui dans 35 films ; ils eurent également une aventure sentimentale jusqu'en 1917.


Chaplin exerçait un contrôle important sur ses films et il commença à consacrer beaucoup de temps et d'énergie dans chacune de ses réalisations. Un mois sépara sa seconde production, Charlot fait la noce, et sa troisième, Charlot boxeur, et il adopta ce rythme pour ses réalisations ultérieures avec Essenay. Il modifia également son personnage qui avait été critiqué par Keystone en raison de son caractère « malveillant, rustre et grossier » pour lui donner une personnalité plus douce et romantique. Cette évolution fut illustrée par Le Vagabond en avril 1915 et Charlot garçon de banque en août qui comportaient un final plus triste. Robinson note que cela était une innovation pour les films comiques et les critiques sérieuses commencèrent à plus apprécier son travail. L'historien du cinéma Simon Louvish indiqua qu'avec Essanay, Chaplin « trouva les thèmes qui définirent le monde de Charlot ».


Immédiatement après ses débuts cinématographiques, Chaplin devint un phénomène culturel. Les magasins vendaient des produits associés à son personnage de Charlot qui apparut dans des bandes dessinées et dans des chansons. En juillet 1915, un journaliste du magazine Motion Picture Magazine écrivit que la « chaplinite » se propageait en Amérique. Sa popularité s'étendit également à l'étranger et il devint la première star internationale du cinéma. Alors que son contrat avec Essenay expirait en décembre 1915, Chaplin, pleinement conscient de sa célébrité, demanda une prime d'embauche de 150 000 $ (environ sept millions de dollars de 2012) à son nouveau studio. Il reçut plusieurs propositions venant entre autres d'Universal, de la Fox et de Vitagraph.

  

Acteur comique

Chaplin rejoignit rapidement une autre compagnie et joua dans une comédie à sketchs appelée Repairs avec son frère qui s'était également lancé dans une carrière artistique. En mai 1906, il participa au spectacle pour enfants Casey's Circus et développa son jeu burlesque qui lui permit de devenir rapidement la star de la pièce. À la fin de la tournée en juillet 1907, le jeune homme de 18 ans était devenu un comédien accompli. Il eut néanmoins des difficultés pour trouver du travail et une brève incursion dans le monologue comique ne rencontra pas le succès escompté


Dans le même temps, Sydney Chaplin avait rejoint en 1906 la prestigieuse troupe comique de Fred Karno dont il était devenu l'un des acteurs principaux en 1908. En février, il parvint à obtenir une période d'essai de deux semaines pour son frère cadet. Karno ne fut initialement pas convaincu et considérait Chaplin comme un « enfant à l'air renfrogné pâle et chétif » qui « semblait bien trop timide pour faire quoi que ce soit de bien au théâtre ». Il fut cependant impressionné par sa première prestation au London Theatre et l'engagea immédiatement. Après des rôles secondaires, Chaplin accéda aux rôles principaux en 1909 et il fut l'acteur principal de la nouvelle comédie Jimmy the Fearless en avril 1910. Ce fut un grand succès qui attira l'attention de la presse sur le jeune artiste.


Karno choisit sa nouvelle vedette pour participer avec une partie de sa troupe à une tournée en Amérique du Nord. Chaplin mena les spectacles de music-hall et impressionna les critiques qui le décrivirent comme « l'un des meilleurs artistes de pantomime jamais vu ». La tournée dura 21 mois et la troupe retourna en Grande-Bretagne en juin 1912. Chaplin se souvint qu'il « eut le sentiment troublant de revenir aux platitudes déprimantes » et fut ravi quand une nouvelle tournée commença en octobre.

Keystone

Alors qu'il en était au sixième mois de sa tournée américaine, Chaplin fut invité à rejoindre la New York Motion Picture Company ; un des responsables de la société avait assisté à un de ses spectacles et pensait qu'il pourrait remplacer Fred Mace, la star du studio Keystone, qui voulait prendre sa retraite. Chaplin considérait les comédies de Keystone comme un « mélange grossier » mais appréciait la perspective d'une nouvelle carrière ; il signa en septembre 1913 un contrat avec un salaire hebdomadaire de 150 $ (environ 6 810 $ de 2012).


Chaplin arriva dans les studios de Los Angeles au début du mois de décembre 1913 et rencontra son responsable Mack Sennett qui pensait que le jeune homme de 24 ans paraissait trop jeune. Il ne joua pas avant la fin du mois de février et profita de cette période pour se familiariser avec la réalisation cinématographique. Il fit ses débuts dans le court-métrage Pour gagner sa vie sortie le 2 février 1914 mais détesta le film. Dans ce premier film, il se présentait comme une sorte de dandy en redingote étriquée, chapeau haut-de-forme et grandes moustaches tombantes. Pour son second rôle, Chaplin choisit le costume de Charlot (en anglais, The Tramp ou vagabond) avec lequel il se fit connaître ; dans son autobiographie, il décrivit le processus :


« Je voulais que tout soit une contradiction : le pantalon ample, la veste étriquée, le chapeau étroit et les chaussures larges… J'ai ajouté une petite moustache qui, selon moi, me vieillirait sans affecter mon expression. Je n'avais aucune idée du personnage mais dès que je fus habillé, les vêtements et le maquillage me firent sentir qui il était. J'ai commencé à le connaître et quand je suis entré sur le plateau, il était entièrement né. »

Ce film fut L'Étrange Aventure de Mabel mais le personnage de « Charlot » apparut pour la première fois dans Charlot est content de lui tourner peu après mais qui sortit deux jours plus tôt le 7 février 1914. Chaplin adopta rapidement ce personnage et fit des suggestions pour les films dans lesquels il apparaissait mais elles furent rejetées par les réalisateurs. Durant le tournage de son 11e film, Mabel au volant, il affronta la réalisatrice Mabel Normand et l'incident faillit entraîner la résiliation de son contrat. Sennett le conserva néanmoins après avoir reçu des commandes pour de nouveaux films avec Chaplin. Il l'autorisa également à réaliser son prochain film après que Chaplin eut promis de payer 1 500 $ (environ 68 000 $ de 2012) s'il ne marchait pas.


Un béguin de Charlot sorti le 4 mai 1914 marqua les débuts de réalisateur de Chaplin et connut un grand succès. Par la suite, il réalisa quasiment tous les court-métrages de Keystone dans lesquels il joua ; Chaplin rapporta par la suite que cette période où il réalisait environ un film par semaine fut la plus excitante de sa carrière. Il introduisit une forme de comédie plus lente que les farces typiques de Keystone et rassembla rapidement un grand nombre d'admirateurs. En novembre 1914, il joua avec Marie Dressler dans le long-métrage Le Roman comique de Charlot et Lolotte réalisé par Sennet ; le film fut un succès et accrut sa popularité. Lorsque le contrat de Chaplin expira à la fin de l'année, il demanda un salaire hebdomadaire de 1 000 $ (environ 45 200 $ de 2012), une somme que Sennett refusa car trop élevée.

Mutual

Chaplin devint rapidement un phénomène culturel avec des produits sur son personnage de Charlot, 1918.


Il fut finalement embauché par le studio Mutual qui lui accorda un salaire annuel de 670 000 $ faisant de Chaplin, alors âgé de 26 ans, l'une des personnes les mieux payées au monde. Cette somme élevée choqua le public et fut largement reprise dans la presse. Le président du studio, John R. Freuler, expliqua que : « Nous pouvons nous permettre de payer ce gros salaire annuel à M. Chaplin car le public veut Chaplin et paiera pour le voir ».


Mutual accorda à Chaplin son propre studio à Los Angeles qui fut inauguré en mars 1916. Il recruta deux nouveaux acteurs pour l'accompagner, Albert Austin et Eric Campbell, et réalisa une série de films plus élaborés et mélodramatiques : Charlot chef de rayon, Charlot pompier, Charlot musicien, Charlot rentre tard, Charlot et le Comte. Pour Charlot usurier, il embaucha l'acteur Henry Bergman qui travailla avec lui pendant 30 ans. Charlot fait du ciné et Charlot patine furent ses dernières réalisations pour l'année 1916. Le contrat avec Mutual stipulait qu'il devait réaliser un court-métrage toutes les quatre semaines, ce qu'il avait fait. Il commença néanmoins à demander plus de temps pour créer ses films et il n'en réalisa que quatre autres pour Mutual dans les dix premiers mois de l'année 1917 : Charlot policeman, Charlot fait une cure, L'Émigrant et Charlot s'évade. Du fait de leur réalisation méticuleuse et de leur construction soignée, ces films sont considérés comme parmi les meilleures œuvres de Chaplin par les spécialistes du cinéaste. Plus tard, Chaplin indiqua que ses années à Mutual furent les plus heureuses de sa carrière.


Chaplin fut critiqué par la presse britannique pour son absence de participation à la Première Guerre mondiale. Il répondit qu'il se battrait pour le Royaume-Uni s'il y était appelé et qu'il avait répondu à la conscription américaine ; aucun des deux pays ne lui demanda de s'enrôler et l'ambassade britannique aux États-Unis publia une déclaration indiquant que « [Chaplin] est bien plus utile à la Grande-Bretagne en gagnant de l'argent et en achetant des obligations de guerre que dans les tranchées ». Malgré ces critiques, Chaplin était l'un des acteurs préférés des soldats et sa popularité continua de grandir dans le monde entier. Le magazine américain Harper's Weekly rapporta que le nom de Charlie Chaplin faisait « partie de la langue véhiculaire de presque tous les pays » et que l'image de Charlot était « universellement familière ». En 1917, les imitateurs professionnels de Charlot étaient si répandus qu'il lança des actions en justice et il fut rapporté que neuf hommes sur dix qui participaient à des soirées costumées reprenaient son accoutrement. L'actrice Minnie M. Fiske écrivit qu'un « nombre en constante augmentation de personnes cultivées commencent à considérer le jeune bouffon anglais, Charlie Chaplin comme un artiste extraordinaire et un génie comique ».

CONTRIBUEZ EN OFFRANT  UN DON

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE T.V.

T.H.C.1

NOUS ECRIRE

FACEBOOK T.H.C.1

TWITTER

OFFICIEL

FACEBOOK

H. NEWS

FACEBOOK BARNABE